CR de Ultramarin 2013 - Raid du Morbihan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CR de Ultramarin 2013 - Raid du Morbihan

Message par stephane37 le Jeu 4 Juil 2013 - 13:50

par patrice(v) le Lun 1 Juil - 18:26

Raid du Morbihan

Après un rapide passage à Vannes pour récupérer le dossard, direction Auray pour déjeuner, puis hôtel pour me changer, le temps passe vite
Il est 15h45, direction Locmariaquer il commence à faire chaud : je choisisi de faire le parcours avec des runnings (25°/26°)
Le départ sera donné à 17h00 dans le stade (pas de contrôle de sac) maintenant il fait chaud, très chaud.
Une petite boucle de 7km pour permettre aux derniers coureurs du 177km de s’éloigner un peu.
Il y a beaucoup de spectateurs, un paysage magnifique en bord de mer, mais là on n’en profite pas trop..
Rien de particulier jusqu’à Crac’h : un arrêt express au point d’eau (un peu d’eau sur la tête car il fait vraiment très chaud) et c’est reparti
Le peloton est assez étiré, il y a pas mal de bitume où l’on peut doubler et se faire doubler..
Un petit arrêt rapide (5’) au ravito de St Goustan km26 qui est très bien achalandé, il a de tout (sauf du vrai coca)..
je retrouve Chantal à la sortie de la zone et ça repart , je la reverrai une dernière fois au pont du Bono km 30 (si besoin de change ou autre)

Au point d’eau du km40 certains commencent à souffrir de la chaleur dont le gars qui était avec moi sur la dernière portion et il y aura un paquet d’abandon : peut-être le syndrome du ’banc des fatigués’ ?
Je repars, il est 21h00 (prévision 21h15)
On est presque à mi-parcours, je repars avec un jeune tout de bleu vêtu (non, ce n’était pas un schtroumpf).
Il fait un peu moins chaud, le soleil couchant gêne dans la partie marécageuse de la baie de Kerdréan, là je regrette un peu d’avoir mis les runnings, mais ça passe.

A Larmor Baden km47, je retrouve mon précédent coéquipier (il a proposé ses services aux bénévoles)
On fait le plein, on mange bien (soupe, assiette de pâtes, jambon, saucisson, fromage, compote et plein d’autres choses) il y avait également de la boisson énergétique, mais je ne l’ai pas vue.
Quelques étirements, je mets un buff en mode bandeau, j'installe la frontale et enfile les manchons sur mes bras.
Un coup d’œil à la montre, il est 22h30 (on est restés 15mn)
Il reste 40km, il fait nuit, la course commence vraiment.
Le parcours de la course sera assez répétitif… des pierres, des racines, des relances, des petites côtes et les descentes qui vont avec, des pierres, des racines, des escaliers...
Pour varier un peu, de la route, de longs passages sur les murets de fortification et… plusieurs passages dans l’eau (c’est marée haute !!)
le sable brassé par l’eau pénètre facilement dans les runnings… et quand ça me chauffe trop sous les pieds, je dois m’arrêtre pour retirer le sable dans les chaussures et changer de chaussettes. Mais qu’est-ce que ça fait du bien de mettre les pieds dans l’eau fraîche !!
Depuis le début, on a doublé pas mal de coureurs du 177 maintenant on en retrouve qui dorment sur le bas-côté, sur un banc et d’autres qui avancent encore d’un bon pas et également quelques uns façon ’zombie’

Sur certaines portions en zig-zag, une petite douleur en haut sur la cuisse droite, peu avant le fémur, me rappelle à l’ordre, mais c'est supportable
Les enchainements de marches, de montées/descentes brèves mais sèches.. et les différents sols rencontrés doivent y être pour quelque chose.
Mon coéquipier lui aussi n’est pas trop bien, il fatigue un peu sur les portions de route.
Au Moustoir (km 62), on s’assoit sur un banc face au ‘buffet’ nous sommes aux premières loges pour assister à un jeu de questions/réponses entre coureurs et bénévoles à propos de la distance restant à couvrir….
Nous on continue de grignoter, on refait les niveaux et on s’en va (il reste un peu plus de 24km).

Les 10 km suivants se feront mais sans plaisir particulier, on longe le golfe, on devine parfois la mer, mais on ne voit rien…
puis on repart dans les terres, on revient en bord de mer, on rentre dans la forêt…
Un peu répétitif, non ?
Et bien nous, on trouvé le moyen pimenter le parcours !! de perdre le chemin, qui plus est en ville…
Une belle côte bitumée montée tranquillement, puis deux réflecteurs rouges sur des pots face à une barrière et hop, on prend le chemin qui monte à gauche, sauf qu’arrivés en haut, il n’y a pas d’indication : la route ou le chemin en face ?

On redescend et on récupèrera la bonne trace beaucoup plus bas.. bilan plus d'un kilomètre et près d’une dizaine de minutes de perdues
Mais ça m’aura permis de retrouver un réunionnais rencontré avant le départ (Joachim) qui me dit 'alors c'est toujours pour le fun ?'
Il vient faire cette course et récupérer les points qui valideront son inscription pour le grand raid de la Réunion.
C'est vrai que je lui avais dit moi aussi, mais que moi c’est pour le fun.

Le jeune, lui, commence à avoir quelques ennuis liés à la consommation de gels, mais il me dit avoir l’habitude de tourner avec sur marathon….
Encore un peu de slalom entre les cailloux qui poussent partout sur le parcours, il faut bien enjamber les racines externes des arbres qui bloquent les chemins, relancer la machine et on arrive enfin au dernier ravito à Kerguen km71.

Là il est impératif de bien s’hydrater et bien s’alimenter.
Pour moi ce sera de la soupe, des rondelles de saucisson avec du pain, une vache qui rit, des carrés de chocolat et 3 compotes pomme/fraise.
Comme il n’y a pas de petites cuillers pour manger les compotes, un tuc fera l’affaire : combiner l’acidité de la pomme, le sucré de la fraise et le sel (et la texture) des tuc, ce n’est pas si mauvais

Départ à 1h46 près de 10 minutes de retard sur mon temps prévisionnel tant pis.
Alors on se relaye tous les trois, lorsque c’est dégagé sur le plat ou trottine entre 8,3 et 8,7.
Le jeune peine de plus en plus et finalement s’arrête pour reprendre son souffle. Il nous dit de repartir sans lui, qu’il veut récupérer 5 à 10mn.

On repart donc à 2, on entend au loin le speaker, ça sent l’écurie…
derrière nous il y a un coureur seul qui nous rattrape et 2 ou 3 duos un peu plus loin.
On demande au gars s'il est de la région et s'il sait approximativement la distance qu'il reste à parcourir, il nous dit ’lorsque l’on arrivera sur l’avenue Mal Juin, il en restera normalement 5,5km’
Pourquoi a t-il dit normalement ?
On quitte enfin le chemin du bord de mer pour arriver sur cette avenue, il n’y a personne (il est 4h15), les panneaux indiquent la droite, on suit

On va un peu plus vite, les douleurs s’oublient, il n’y a plus grand monde derrière nous.
On fait le tour de la presqu’ile de Conleau, lorsque le gars nous dit ‘tout à l’heure on est venus de la gauche, si on avait coupé comme ceux qui étaient derrière moi, il restait à peine 4km’
Je comprends alors le ‘normalement’....

Il y a deux gars devant nous, boosté par sa réflexion j’accélère, seul Joachim me suit et on va en doubler.
De 10 à l'heure, on monte à 11, le jeu est de doubler un maximum de personnes avant la ligne d'arrivée.
Ca y est c'est fait, 11h33 et des poussières j’avais prévu 11h30 dommage contrat presque rempli
On récupère les sacs, puis direction les douches : l’eau est très chaude, que du bonheur !!

Bien propres, on va en duo chez les kinés, ça fait un bien fou aussi.
Ensuite direction le restau pour boire et manger en attendant l’arrivée de son épouse.
Mon coéq est tout heureux d’avoir terminé et la première chose qu’il lui dira c’est… ‘j’ai mes points’

En sortant du restau, je tombe sur Stéphane qui boitille un peu.
Je l’accompagne chez les podologues et en profite pour faire percer l’ampoule qui s’est formée sous mon talon lors de l’épisode bain de pieds en mer : moi ça va vite, mais sur Stéphane il y a du boulot !!
On attend Chantal (toujours présente où et quand il le faut sur les courses.. mais là on veut dormir et on a besoin d'elle comme chauffeur)

Points positifs
Public pas avare d'encouragements
Beau parcours, un peu cassant quand même
Bénévoles au top (dossards, ravitos, arrivée)
Ravitaillements très bien fournis (à part le coca)
Pas de coup de pompe et pas de chute

Point négatif (il en faut un)
Il manque quelqu'un la nuit à la jonction de l’avenue Mal Juin et de la boucle sur la presqu’ile de Conleau

j'ai omis de parler du groupe de pompiers avec la joëlette et des 2 accompagnateurs du mal voyant.
Sur ce circuit, les premiers ont du avoir des périodes assez physiques
je pense qu'ils ont sacrément peiné dans les petits escaliers, les passages dans l'eau, sur les remparts mais ça a du être la galère pour passer la joélette lorsqu'il y avait les gros arbres au milieu des chemins..
entre l'arbre, le grillage de clôture du champ ou le grillage avant le vide, il n'y avait que 30cm, parfois moins. Nous on se mettait de côté pour passer.
Quand aux seconds, ils devaient avoir tous les sens en éveil et anticiper deux fois plus, car le parcours était parfaitement adapté à de sacrés gadins.

En tout cas, un grand bravo..

patrice(v)

stephane37
Admin

Messages : 414
Points : 888
Date d'inscription : 30/04/2012
Localisation : SAINT GILLES (30)

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum